Murano, nom magique qui évoque l'art des verriers installés sur cette
île depuis 1291, et la splendeur d'une Venise toute proche où je ne
suis jamais allée..

Pendant cinq siècles, Murano a connu une production exceptionnelle,
qui rivalisait avec le cristal de Bohême. Les verriers travaillaient
pour la Cour de France, la Cour impériale d'Autriche, les cours des
Duchés italiens et pour les palais de Venise, produisant les plus beaux
lustres en cristal polychrome et de magnifiques miroirs à
encadrements de verre taillé.

Ils firent la renommée de Murano où les familles se transmettent
encore, de génération en génération, les recettes et secrets que
personne n'arrive à égaler.

Le premier vase trouvé dans une brocante, d'un gris fumé, m'avait plû
au premier coup d'oeil. Petit et lourd, il avait gardé son mystère.

Le deuxième, rouge vif, ressemblait étrangement au premier, en beaucoup
plus lourd (1,3 Kg)et portait une étiquette 'Murano'.

Quelques recherches m'ont alors permis d'identifier la technique de
fabrication, dite 'Sommerso" (immergé en italien), qui consiste à
doubler la couleur principale par une couche très mince d'une autre couleur,
elle-même recouverte de verre incolore. On obtient un halo de couleurs,
qui a des reflets magiques en pleine lumière...

17 02 13 034

Cette production qui semble si moderne, date des années 1950-1960.

17 02 13 022

Une aquarelle, datée de la même époque, vient jouer avec les couleurs des vases...

17 02 13 029

17 02 13 037

Transmission possible d'un savoir ancestral, ces objets sont d'une beauté particulière...
Pas besoin de fleurs pour les mettre en valeur, ils sont de véritables oeuvres
d'art à eux seuls...